Disneyland Park (Anaheim) Magic Kingdom

Réhabilitation : Jungle Cruise (2021)

La cultissime attraction des parcs Disneyland Park (Anaheim) et Magic Kingdom subit une réhabilitation profonde. Tous les détails dans notre article.

Les réhabilitations et revisites d’attractions cultes s’enchainent dans les parcs Disney américains ! Après Snow White Enchanted Wish au Disneyland Park (Anaheim), les Imagineers se sont cette fois penchés sur la plus folle croisière dans la jungle jamais créée ! Découvrez dans cet article toutes les informations au sujet de cette refonte qui est terminée depuis le 16 Juillet en Californie et le 26 Août en Floride.

Jungle Cruise est une attraction de type Croisière Scénique emmenant les visiteurs, à bord de Tramp Steamer (bateaux à vapeur), à la rencontre d’espiègles animaux sauvages. L’aventure est présente dans la zone Adventureland de la plupart des parcs Disney du monde : à Disneyland Park (Anaheim) (ouverte le 17 Juillet 1955), Magic Kingdom, (ouverte le 1er Octobre 1971), Tokyo Disneyland (ouverte le 15 Avril 1983) et aussi Hong Kong Disneyland (ouverte le 12 Septembre 2005). Elle n’est donc ni présente à Disneyland Paris ni à Shanghai Disneyland. Issue de l’imagination de Walt Disney lui-même et réalisée par Harper Goff, Jungle Cruise est la synthèse des grandes rivières exotiques du monde : le Nil, l’Irrawaddy, le Mékong et le Congo, chaque fleuve possédant une ou plusieurs section(s) le représentant. Quant à l’humour de l’attraction, on le doit à Marc Davis qui y apporta des modifications en 1962. Notons enfin que, dans cette attraction, le Cast Member joue un véritable rôle dans la storyline : il est le conducteur du bateau à vapeur et anime les passagers tout au long de la croisière.

Fun Fact : L’Imagineer Harper Goff usa de son empreinte de pied dans un bac à sable afin de reproduire le tracé de l’attraction et d’aider les ouvriers dans leur travail lors de la création de l’aventure pour le Disneyland Park (Anaheim). En outre, il utilisa des orangers (issus de l’orangerie où fut construit le parc) recouverts de bromelias pour simuler les premiers arbres exotiques en attendant les vraies espèces…

Si, comme nous venons de le dire, l’attraction existe dans quatre parcs Disney, la réhabilitation n’a pour l’instant été envisagée que pour Disneyland Park (Anaheim) et Magic Kingdom. L’objectif premier de celle-ci est sans aucun doute de faire cesser les polémiques quant aux stéréotypes véhiculés dans les versions actuelles de l’attraction. En effet, Disney veut « valoriser la diversité du monde qui nous entoure ». Rappelons que c’est cette même finalité qui a mené à repenser une autre attraction mythique : Splash Mountain.

En tout (et en plus d’autres plus légères améliorations), c’est quatre scènes qui ont été modifiées à Disneyland Park (Anaheim) et cinq au Magic Kingdom : Trapped Safari, la scène du naufrage, celle des chimpanzés et des papillons et Trader Sam’s Gift Shop (pour les scènes communes aux deux parcs) ainsi que Boats & Baits… and Bites (uniquement pour la Floride).

Premier changement concernant tout le ride : l’apparition d’Alberta Falls comme personnage à part entière de la storyline. Née en 1911, elle est la fille d’une artiste indienne très célèbre dénommée Sneh et d’un Anglais répondant au nom d’Albert Falls Jr.. Aleberta a toutes les caractéristiques d’une aventurière et se définit comme un « esprit libre ». Toute petite déjà, elle faisait les quatre cents coups lorsqu’elle rendait visite à ses grands-parents, son grand-père, le Dr. Albert Falls, dirigeant alors la Jungle Navigation Company Ltd.. C’est ce dernier qui lui a fait découvrir le monde et l’a présentée au Dr. Moss en Nouvelle-Écosse ainsi qu’à Rosa Soto Dominguez à Mexico. Lors d’un voyage en Nouvelle-Zélande, Alberta s’est liée à un perroquet kakapo qui ne savait pas voler et qui est ainsi devenu son compagnon de route. À la mort du Dr. Albert Falls en 1930, c’est Alberta qui hérita de l’entreprise familiale. Elle mit alors en place les visites guidées nommées Jungle Cruise afin de faire perdurer la mémoire de son regretté ancêtre.


TRAPPED SAFARI

La célèbre scène du rhinocéros a été modifiée en grande partie pour la rendre plus lisse en ce qui concerne les stéréotypes raciaux. Elle est maintenant l’occasion de présenter les membres de l’expédition : que ce soit l’ornithologue amateur, l’entomologiste, le peintre animalier ou le photographe, ils ont désormais chacun une raison précise de participer à l’expédition, leur propre histoire ainsi que leur propre patrimoine culturel

  • Tout en haut de l’arbre, on découvre Siobhan « Puffin » Murphy, originaire d’Irlande et venu rendre visite à Alberta, sa cousine éloignée du côté paternel. Son surnom, « Puffy », lui vient de sa passion pour les macareux de sa ville d’origine. Ce serait d’ailleurs cet attrait pour les oiseaux exotiques qui aurait poussé le Skipper Felix à se rapprocher un peu trop d’un pic à bœuf perché sur un hippopotame.
  • Juste en dessous se trouve le Dr Kon Chunosuke, un entomologiste japonais membre de la célèbre Société des Explorateurs Aventuriers. S’il participe à l’expédition, c’est dans l’objectif de compléter sa collection d’insectes et, surtout, de trouver un Myrmecoleon, également nommé le « lion des fourmis ».
  • Vient ensuite Rosa Soto Dominguez, une célèbre artiste mexicaine. Mieux connue sous le pseudonyme de La Rosa, elle fut invitée à participer à l’expédition par son amie Alberta, l’occasion rêvée de peindre la faune exotique et de voir de (trop) près un rhinocéros, animal qu’elle admire.
  • Le Dr Leonard Moss, un botaniste canadien reconnu, se trouve un étage plus bas. Le spécialiste se penche sur la flore exotique après avoir étudié toutes les plantes de la péninsule glaciale de la Nouvelle-Écosse.
  • Enfin, tout en bas, le malchanceux Felix Pechman XIII qui a récemment quitté le confort de la Floride pour accepter un poste de skipper pour la Jungle Navigation Company Ltd..

SCÈNE DU NAUFRAGE

Cet ajout à la scène existante des hippopotames jouant dans l’eau permet de comprendre ce qui est arrivé au bateau des explorateurs… On y découvre en effet l’arrière de l’embarcation en train de sombrer, les objets personnels des malheureux flottant dans le fleuve. Il est d’ailleurs possible de retrouver les propriétaires des malles grâce aux noms qui y sont indiqués !


SCÈNE DES CHIMPANZÉS ET DES PAPILLONS

Des chimpanzés ont aussi fait leur apparition sur le parcours et leur scène, en plus de permettre la suppression d’autres stéréotypes raciaux (à l’origine, nous avions ici un village tribal), fait comprendre aux visiteurs ce qui est arrivé à l’avant du bateau des explorateurs. Dans cette nouvelle scène, ce sont les animaux qui ont le dernier mot face aux hommes qui ont osé pénétrer dans leur monde : l’un porte le chapeau du skipper et est au micro, la mère chimpanzé a ouvert toutes les cartes et on dirait qu’elle les lit tandis qu’un petit chimpanzé fait des ravages dans les fournitures du peintre animalier… Une autre scène située non loin montre d’autres primates jouant avec les papillons capturés par le Dr Kon Chunosuke.

Fun Fact : Pour la réalisation des animaux, le Dr Mark Penning et son équipe travaillant au Disney’s Animal Kingdom ont été consultés.


TRADER SAM’S GIFT SHOP

Autre changement, la scène finale de l’attraction a été totalement repensée. Au revoir l’animatronique de Trader Sam, faites place au Jungle Navigation Co. Ltd. Lost & Found kiosk ! Trader Sam a en effet été chargé par Alberta Falls, propriétaire de la société, de prendre en charge les objets perdus et le petit malin en a profité pour rebaptiser les lieux Trader Sam’s Gift Shop, il n’y a pas de petit profit ! Cependant, les animaux de la jungle semblent avoir profité de son absence pour prendre possession des lieux…


BOATS & BAITS… AND BITES

Au Magic Kingdom, la scène polémique Abandoned Pygmy Camp située au tout début de l’aventure (et uniquement en Floride) a été modifiée et toutes les références aux Pygmées supprimées. Celle-ci représente maintenant un stand de nourriture.


La cohérence entre les scènes a également été au centre des modifications tandis que l’humour caractéristique de l’attraction a été encore un peu plus développée. En outre, le rôle du Cast Member et même celui des visiteurs sont renforcés. Les équipes Disney veulent cependant rassurer les amoureux du Jungle Cruise original (qui est sans doute l’une des attractions Disney à avoir subi le plus d’améliorations au fil du temps) : l’âme de l’aventure est restée intacte ! En effet, les skipper eux-mêmes ont été consultés et les Imagineers se sont replongés dans les croquis originaux de Marc Davis afin de comprendre et de respecter l’ADN de l’attraction. En outre, pas d’intégration dans le ride d’éléments du long métrage basé sur l’attraction et réalisé par Jaume Collet-Serra qui est sorti en 2021 avec dans les rôles principaux Dwayne Johnson, Emily Blunt et Jack Whitehall.

L’attraction revue et corrigée est ouverte depuis le 16 Juillet 2021 au Disneyland Park (Anaheim) et toujours en cours de réhabilitation au Magic Kingdom. Terminons cet article par la vidéo de l’aventure californienne.

Cette nouvelle réhabilitation ne peut qu’apporter une plus-value à cette attraction iconique ! Cependant, cette refonte n’était à l’heure actuelle prévue que dans les parcs américains… À voir si les versions des parcs asiatiques suivront ou non. En outre, d’autres célèbres attractions Disney seront bientôt également revues, comme Indiana Jones Adventure et Splash Mountain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :